Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histo'blog

Histo'blog

Menu
8 mai 1429, Jeanne D'Arc délivre Orléans du siège anglais

8 mai 1429, Jeanne D'Arc délivre Orléans du siège anglais

Jeanne d'Arc à l'assaut des anglais devant Orléans
Jeanne d'Arc à l'assaut des anglais devant Orléans

Quand on parle du 8 mai, on pense à celui de 1945, le jour officiel de la capitulation nazie et la fin du martyr de notre continent. Mais, hélas, on oublie facilement le 8 mai 1429, le jour où Jeanne d'Arc délivra Orléans, assiégée par les Anglais.

La Sainte Patronne de la France a encore fait couler, ces derniers jours, beaucoup d'encre malgré elle. Récupérée par les nationalistes, le Front nationale, ainsi que par les socialistes en quête de votes, il est à noter qu'elle n'appartient à aucun parti politique, mais à la France.

Qui, en France, ne connait la jeune fille de Domrémy, qui entendit des Saints lui enjoignant de "bouter les Anglois hors de France" et de faire sacrer Charles VII à Reims.

Or, la France était très divisée à l'époque, alors que fait encore rage la Guerre de Cent ans. D'un côté, il y a les Armagnacs, loyaux envers le Roi de France, de l'autre, les Bourguignons soutiennent celui d'Angleterre. L'avenir semble bien sombre pour le royaume. Les villes et les villages sont pris, pillés et incendiés, même le village de la jeune fille est saccagé, les habitants sont massacrés. La France est exsangue.

Après quelques tentatives infructueuses pour convaincre le Seigneur de Vaucouleurs de la faire escorter auprès de Charles, celui-ci accepte. Reçu par Charles II de Lorraine, qui la croit guérisseuse, elle est finalement reçu par le "Roi de Bourges" (surnom péjoratif donné à Charles VII).

Le reste est bien connu. Pour savoir si elle est choisie par Dieu, le Valois le met à l'épreuve en son château de Chinon, en se déguisant en courtisan et en mettant quelqu'un d'autre à sa place. La jeune fille ne se laisse pas avoir et s'approche immédiatement du "Gentil Dauphin".

Une autre chose laisse pantois, même encore maintenant. Comment une jeune paysanne savait monter un destrier, jouter, voir même utiliser l'artillerie. On peut penser à un miracle. Mais certains historiens pensent qu'elle était davantage femme de haute lignée utilisée pour redonner courage à l'armée française.

Quoiqu'il en soit, Le Roi lui fait confiance. Habillée comme un homme, revêtue d'une armure, les cheveux coupés au bol, elle se fait fort d'ouvrir la route vers le Sacre. Eduquée à la chose militaire par l'écuyer Jean d'Aulon, elle part en campagne et finit même par se faire grandement respecté de ses hommes, même par le terrible Gilles de Rai (le vrai Barbe-bleue).

Or, elle se doit de délivrer Orléans, assiégé par les anglo-bourguignons depuis le 24 octobre et leur prise de la bastille des Tourelles. Les orléanais tentent bien une sortie le 12 février, lors de la fameuse Bataille des Harengs (Attaque d'un convoi de 300 chariots de harengs), mais rien n'y fait, le siège n'est toujours pas levé.

Jeanne et son armée arrive le 29 avril, déjoue le siège et entre dans la ville sous les vivats des habitants, en compagnie de Jean Dunois, le Comte de Longueville et surnommé le Bâtard d'Orléans.

Dès le 4 mai, les Français enlèvent enlèvent la bastille (bastion, ouvrage de fortification) de Saint Loup. Enthousiaste, Jeanne dirige l'assaut, étendard en main.

Deux jours plus tard, après une journée d'Action de Grâces, Jeanne reprend le Fort des Augustins.

Le lendemain, on enlève les Tourelles. La jeune fille se reçoit une flèche dans l'épaule. Mais la bastille résiste. Au moment où le Comte de Longueville allait donner l'ordre de retraite, Jeanne apparaît, avec son drapeau. Ragaillardis, les Français se ruent à l'assaut de l'ennemi. Le commandant de la place, le Capitaine Glasdale, chute et tombe dans la Loire où il se noie. La fortification est reprise.

Le lendemain 8 mai, malgré le refus de Jeanne de combattre (on était un dimanche), le capitaine Talbot comprend que la partie est perdue et lève le siège. Orléans est sauvée.

Jeanne sera désormais appelée La Pucelle d'Orlans. La légende est en marche...

Vous trouverez, à la fin de l'article, la vidéo de l'émission de Franck Ferrand, Au coeur de l'Histoire, sur Jeanne d'Arc et les femmes-chevaliers au Moyen-Âge.

Si vous voulez en savoir plus sur l'héroine, je vous conseille l'excellent livre de Philippe de Villiers, Le Roman de Jeanne d'Arc. Dans un style extraordinaire, ce politique se révèle un extraordinaire historien et conteur!

Bon 8 mai à tous!