Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histo'blog

Histo'blog

Menu
Le Titanic victime d'un mirage

Le Titanic victime d'un mirage

Un paquebot de légende

Un paquebot de légende

Le plus célèbre navire du monde, perdu lors de sa traversée inaugurale en avril 1912, a été victime de conditions climatiques exceptionelles, comme le prouvent de nouvelles recherches scientifiques.

Si l'on sait depuis quelques années que les rivets en fer "puddlé" n'ont pas résisté à l'impact avec l'iceberg, plusieurs mystères restaient en suspend, dont celui-ci: pourquoi les vigies n'ont-ils pas vu le monstre de glace avant?

On a pensé que c'est parce qu'ils n'avaient pas de jumelles. Mais les marins n'utilisent pas les jumelles pour détecter ces montagnes de glace. Certains même avançaient que les hommes se sont endormis à leur poste.

Aujourd'hui, on sait pourquoi. Le Titanic n'est pas seulement entré dans une zone de glace mais aussi dans celle d'un anticyclone polaire, les plus fortes pressions jamais enregistrées en hémisphère nord. Cet anticyclone a emprisonné une couche d'air chaud sous une d'air froid. L'eau était en dessous de 0°. Ces conditions créèrent les conditions idéales pour créer un mirage froid.

Ce genre de mirage déforme l'horizon en le faisant paraître plus haut et plus flou. Ce qui a permis à l'iceberg d'être invisible aux yeux des veilleurs.

Le mirage froid jouèrent d'autres tours au Titanic. L'Horizon n'est pas le seul a être déformé, les objets aussi. Les icebergs paraissent plus petits ou plus grands que la réalité.

De plus, du pont du Californian, le navire le plus proche, le vaisseau paraissait plus petit qu'en réalité. Le Capitaine Lord ne pensa pas alors voir le Titanic mais un navire plus petit comme un cargo.

Dernier coup du sort, les deux navires ont tenté de communiqué par lampe morse, mais les conditions climatiques firent davantage scintiller les lumières, comme il le faisaient avec les étoiles, et le Titanic et le Californian ne se comprirent pas.

La suite est, hélas, bien connue.